Du même thème
Recherche

accès rapide
his333.jpg
3219

Grand Prix France 1965 250cc (1/3)


17/06/2014

Une rare réussite sportive

Par L'archiviste
Grand Prix France

Pour la troisième fois au total et pour la seconde fois en Petite Cylindrée, le MC Aisne a organisé le Grand Prix de France, épreuve du championnat du Monde.

Nous fondant sur l’expérience acquise par l’équipe du Président Vaast dans ces conditions, nous référant aux satisfactions éprouvées dans les précédentes occasions, nous attendions de la manifestation saint-quentinoise toutes les joies que procure une compétition hors classe bénéficiant d’une préparation exceptionnelle.

Pourtant, si persuadés que nous puissions être des mérites, de la compétence du MC Aisne, nous pouvions craindre que trois facteurs défavorables interviennent ensemble ou séparément pour déjouer nos espoirs.

Le mauvais temps, presque habituel Saint Quentin début avril, risquait d’anéantir les efforts consentis en faveur d’une présentation de prestige, de nuire au bon déroulement des courses et, ce qui n’est pas le moins grave, de décourager le public, ceci ayant pour effet de placer le MC Aisne dans une impasse financière.

Enfin qui dit Grand Prix ne dit pas nécessairement épreuve passionnante. Il arrive que le rassemblement des plus grands champions mondiaux aboutisse une course réglée comme du papier musique, donc ennuyeuse après quelques tours et, cela, l’organisateur ne peut certes rien !

Or rien de tout cela n’a joué, Dieu merci, et bien au contraire, le MC Aisne a triomphé sur tous les points. L’organisation générale, si elle a – et c’était inévitable même dans les meilleures conditions car on néglige toujours quelque chose – présenté quelques défaillances mineures (absence de permanence en ville, finition précipitée de quelques aménagements, défaut de coordination entre responsables de la piste et du parc coureurs lors de la présentation, manque d’installation ou de service d’ordre pour contenir le public lors de la remise des gerbes et définition sommaire de cette cérémonie du podium) n’en a pas moins satisfait totalement aux impératifs essentiels et marqué des points ici ou l : départs parfaits, tour de contrôle (BP) neuve, vaste et mieux placée qu’auparavant, résultats finaux communiqués une heure plus tôt qu’en 1963, service d’ordre et de sécurité sur la piste irréprochable, restaurant doublé, le nouveau surclassant l’ancien pour la qualité du menu, la modestie des prix, la qualité du service, son aménagement sympathique et soigné.

Le temps, sans doute, a perturbé le déroulement de la journée et, surtout la présentation publique des concurrents. Nous l’avons vivement regretté car, sur ce point, le MC Aisne innovait de la plus belle manière : sur une vaste scène, éclairée par des projecteurs, sonorisée par JM.Landureau et appuyée sur la façade du Théâtre Municipal, les participants devaient être présentés la foule, un millier de personnes massées sur la magnifique place de l’Hôtel de Ville. La participation de l’impeccable et spectaculaire Bagad de Lann Bihouhé, des porteurs des drapeaux des quinze nations présentes, de différentes sociétés musicales et folkloriques, de cent judokas enfin, donnait cette cérémonie un ton, une qualité, un intérêt de la meilleure venue. Malheureusement, si les coureurs et le Bagad ont pu se produire dans les premiers instants, une averse diluvienne a contraint les organisateurs annuler le reste du programme prévu.

Sur ce point, il semble que les manifestations de prestige se trouveraient mieux d’être présentées en salle, et nous en faisons la suggestion notre ami Bossart, en lui demandant également de nous rendre la réception des concurrents l’Hôtel de Ville, pleine d’agrément, d’un beau cachet notamment pour les délégations étrangères.


La couverture de Moto Revue fait sa une propos du Grand Prix de France


Mais si la pluie a rendu vain les efforts des organisateurs pour précéder la course d’une originale présentation publique, le mauvais temps n’a heureusement pas poussé son action plus loin. Dès le dimanche, le circuit séchait sous l’action d’un vent frais et de belles éclaircies donnaient confiance une dizaine de milliers de spectateurs qui, sans recevoir une goutte d’eau, sans être souillés par la poussière, virent se dérouler des courses rendues plus belles encore par le terrain souple, impeccable, qui s’offrait dès lors aux coureurs.

L encore, le risque que nous évoquions tout l’heure était surmonté. Evidemment, il aurait fallu que le public fût plus nombreux pour garantir la totalité des gros frais engagés mais, en la circonstance, le déficit enregistré reste de ceux que Louis Bossart a l’habitude de rattraper !

Un Grand Prix disions-nous encore, il y au un instant, ne fait pas forcément une grande course. Dans ce domaine, le MC Aisne, qui l’a bien mérité, a connu une rare réussite. Il est en effet tout fait exceptionnel de vivre les intenses minutes d’émotion sportive que nous ont fait ressentir Arbekov et Robert, en particulier au cours d’une première manche qui restera longtemps dans nos souvenirs !

Ajoutons que, par ailleurs, les épreuves complémentaires en cyclos 50cc et avec les jeunes demi-finalistes du Trophée National des Espoirs ont, elles aussi, fourni d’excellents moments sportifs. En définitive, nous avons eu Saint-Quentin une après-midi de motocross qui a passé comme une lettre la poste et qui a fait courir les plus blasés d’une barrière l’autre !

Les cyclos l'honneur lors du Grand Prix de France


Le MC Aisne a donc triomphé une fois de plus des obstacles et répondu brillamment aux espoirs que sa désignation pour l’organisation du Grand Prix de France 1965 en Petite Cylindrée avaient fait naître. Ce club est fait pour les grandes entreprises. Il les lui faut pour employer pleinement les ressources dynamiques de son Comité Directeur, les possibilités d’action de son nombreux et combien sportif effectif.

Nous reverrons donc d’autres Grand Prix Saint-Quentin et nous sommes certains que ces Grand Prix seront encore en progrès sur les précédents. C’est pour favoriser ces progrès que nous avons inclus dans cet article non pas des critiques, mais des suggestions auxquelles nous ajouterons la dernière venue sous nos plumes : aménagement du parc des coureurs avec de bons éléments de confort et, pour les mécaniques, tout le nécessaire aux réparations.

On aime bien trop les coureurs au MC Aisne pour leur refuser cela !

A quelques minutes du premier départ, après la présentation toujours belle Saint-Quentin où le Bagad de Lann Bihouhé, groupe musical folklorique de la base aéronavale de Lorient eut, avec ses bombardes, ses petites trompettes aigrelettes, ses cornemuses et ses évolutions d’ensemble un très gros succès populaire, les pronostiques donnaient tous, chez les gens avertis, Joël Robert ou Victor Arbekov.

A l’entraînement, en effet, les deux hommes avaient été les plus rapides, les plus en évidence. Et si, devant ses nombreux compatriotes présents Saint-Quentin, devant MM Bruneel et Dillen de la FMB, le Champion du Monde nous semblait devoir signer d’une victoire ce troisième Grand Prix 1965, le Soviétique paraissait lui-même de taille faire front, renforcer sa position en vue d’amener Moscou le premier titre mondial qui viendrait passer le rideau de fer (dans le domaine des sports mécaniques s’entend, car sinon… !)

Nous discutions donc ferme avec nos confrères anglais, belges, tchèques, avec Viktor Lahita, le mécano de Joël, avec les représentant des fédérations tchèque et soviétique quand tout coup le tonnerre de moteurs nous précipita vers l’extrémité de la ligne de départ.

Source et photos Moto Revue n°1738 RCD

Vos commentaires
Articles du même thème