Du même thème
Recherche

accès rapide
his617.jpg
3535

Grand Prix France 1961 250cc 1/2


08/12/2016

Public important, organisation parfaite, courses splendides

Par L'archiviste
Grand Prix France
  • 6 et 7 Mai 1961, Grand Prix de France du Championnat d'Europe 250cc.


  • Avec Mayenne en 1959, nous avons eu le plus beau Grand Prix de France (Championnat du Monde 500cc) que le motocross français ait connu jusqu'ici, un Grand Prix qui a au moins égalé les meilleures réalisations du genre à l'étranger. Avec Thomer la Sogne, nous pouvons maintenant nous flatter d'avoir eu également, plus près de nous, le 7 mai 1961, un Grand Prix de France (Championnat d'Europe, 250cc) de la meilleure facture.



    Nous avons toujours dit qu'un Grand Prix c'est l'aboutissement d'une carrière de club organisateur car cela représente un très gros effort de préparation, une mise de fonds que seuls peuvent apporter les sociétés expérimentés, bien gérées, acquises au sport motocycliste au point de comprendre qu'elles représentent alors notre pays et qu'il leur appartient d'en donner une image prestigieuse.



    Chez nous, comme dans tous les pays dits aujourd'hui "occidentaux", tout le poids inhérent à la préparation d'un Grand Prix est supporté par le club organisateur qui prend ici des risques sérieux tandis qu'à l'Est, les associations, nationalisées, bénéficient des énormes moyens que l'état met à leur disposition.



    Le mérite de ceux des nôtres qui, dans ces conditions ingrates (la FFM ne fournissant même pas un petit effort matériel), réussissent à présenter un Grand Prix de Motocross qui, par sa valeur sportive comme par le décorum indispensable, situe l'épreuve bien au-delà du plus beau des motocross non-officiels est donc grand, très grand.



    Peu nombreux sont d'ailleurs les clubs à parvenir à ce résultat. En grosse cylindrée, rien n'a encore approché Mayenne et si, en petite cylindrée, Pernes les Fontaines a fait un essai apprécié l'an dernier, il faut bien dire que Thomer la Sogne a été la première à mettre sur pied dans cette catégorie un Grand Prix d'un niveau général très élevé.





  • La présentation


  • De ce succès, que nous ressentons tous avec le contentement que vous devinez, il convient de féliciter le Président Lejard, infatigable animateur, guide clairvoyant et avisé qui, dans une localité de 300 habitants, a su faire naître et prospérer un motoclub actif, riche en licenciés, créateur en dix ans de nombreuses et importantes réunions sportives internationales.



    Mais avec lui, à qui le directeur régional des sports a remis la Médaille d'honneur du Mérite Sportif en récompense de très loyaux services, il convient d'adresser pareillement les plus vifs compliments à M.Carraro et à toute l'équipe qui s'est obscurément et totalement dévoué à l'avenir du MC.Thomer.







  • Le comité d'organisation


  • C'est à eux que l'on a dû l'impeccable organisation de ce Grand Prix de France, le fonctionnement sans faille de tout le dispositif mis en place et cela vaut bien, à tous et à toutes, un grand coup de chapeau.



    Enfin, sous le rapport des félicitations il faut encore citer en particulier, le Président de la Commission de Motocross, Président de la Ligue de Normandie, M.Lesueur sur qui ce succès rejaillit, un succès à la préparation duquel il a apporté une efficace contribution de même que Marcel Seery, Vice-Président de la Commission, qui s'est plus spécialement chargé de l'adaptation de la piste avant de se muer en maître de cérémonies pour la partie "réceptions de prestige" de l'affaire.





  • La piste du Grand Prix


  • La FFM ne peut non plus être passé entièrement sous silence car, si elle n'a pas fourni grand chose dans le domaine de l'organisation de cette épreuve de Championnat d'Europe assortie d'une épreuve de Championnat de France National, nombreux furent cependant ceux de ses haut-dirigeants à se trouver présents à Thomer dès le samedi veille de l'épreuve. Le motocross, de ce point de vue, est assez négligé pour que la chose se remarque et il convient de remercier notamment M.Bouvet, dont la présence fut loin d'être seulement figurative.







  • Les personnalités


  • Voilà le MC.Thomer classé parmi les plus grands organisateurs français. C'est là une position redoutable, car elle ne permet pas de déchoir. Avec l'équipe de M.Lejard, nous sommes cependant sans inquiétude, ces excellents Normands ont la tête bien installée sur les épaules et leur réussite, si elle leur a fait chaud au coeur, ne leur a pas troublé les esprits.



    Nous verrons encore du beau motocross à Thomer, en attendant l'année où nous serons conviés à y voir un Grand Prix en grosse cylindrée. Mais il y a une chose que nous tenons à dire dès à présent : la partie jouée le 7 mai par le MC.Thomer était d'autant plus sérieuse qu'elle engageait l'avenir sportif du motocross français en petite cylindrée.



    Que la réunion fut ratée, que la course fut médiocre, et le public (au sein duquel se trouvait des organisateurs, des membres de clubs) repartait avec la conviction, déjà trop répandue dans nos milieux, que le cross en 250cc n'était qu'un pâle reflet de la spécialité en grosse cylindrée.



    Par ce qu'il nous a démontré, le MC.Thomer a, au contraire, convaincu chacun de la beauté des luttes entre petites machines dont a pu voir et mesurer avec admiration les extraordinaires possibilités.



    A ce titre, Thomer sera sans doute la réunion qui méritera cette année "l'Oscar" du Motocross français si toutefois la FFM (ou notre directeur à qui nous posons la question) veut bien mettre à profit pour instituer ce symbole de la qualité en matière d'organisation sportive, l'élément que nous venons de mettre en lumière.







  • Les primes de déplacement


  • Dans un Grand Prix encore plus que dans n'importe quelle autre épreuve, les moindres détails de l'organisation ont leur importance. A l'actif du MC.Thomer, il convient de noter, en ce qui se rapporte directement à la course, l'aménagement remarquable du parc fermé, grillagé, peint en blanc, parfaitement ordonnancé, le rythme de déroulement des différentes phases du programme, la qualité du commentaire (assuré par le secrétaire de la Ligue de l'Ile-de-France, M.Bouvron), le parfait dispositif mis en place à l'issue de la réunion afin que les gagnants puisse monter au podium, y recevoir les félicitations d'usage sans que les officiels et les journalistes soient écrasés comme eux-mêmes par la masse des spectateurs, la vaste superficie du parc des coureurs contenant pour plus de soixante machines sans parler des voitures, cars, tentes, le fonctionnement irréprochable du chronométrage officiel assuré par MM. Martynerie et Courty, l'amabilité, la rapidité et l'efficacité du secrétariat aux mains de M. Lechat et de Mlle Dorigué.



    Côté "technique", reconnaissons également que le MC.Thomer s'était largement inspiré de ce que nous avons cité de plus louable dans les différents Grands Prix qu'il nous a été loisible de suivre depuis quelques années en Europe.

    Le Réglement









  • Quelques extraits du règlement


  • Bien avant la date de la réunion, toute la documentation nécessaire aux officiels, à la presse, aux invités leur parvenait sous une élégante enveloppe de plastique. La veille de la course, un diner très soigné, très réussi, groupait les personnalités, les dirigeants, les journalistes dans une très belle salle de l'hôtel Normandy, reflétant parfaitement le style régional. Enfin la cérémonie de présentation des coureurs, avec défilé à pied, vint heureusement couronner tous les efforts entrepris pour que ce Grand Prix de France tranche nettement sur un quelconque cross inter, aussi réussi fut-il par ailleurs.



    Source et photos : Moto Revue n°1542 / RCD et MC.Thomer
    Vos commentaires
    Articles du même thème