Du même thème
Recherche

accès rapide
por277.jpg
3374

Harris Arthur


26/01/2014

Celui que l'on surnommait Tutur !

Par L'archiviste
Pilote International

Q� : Quels sont vos premiers contacts avec la moto ?

R� : Je suis allé voir une course de grass track avec un ami et ça m’a plu� ! J’ai donc commencé � rouler en 1947. Quelques mois après, j‘ai eu une Triumph 350 monocylindre. J’avais seulement 17 ans� ! Je n’ai commencé en motocross qu’en 1949. Puis j’ai roulé en trial, en courses de sable et même en courses de côte sur route� ! Toutes ces disciplines en même temps� !

Q� : Quel est votre palmarès ?

R� : Je n’ai pas eu de titre en motocross car je ne participais pas aux championnats d’Angleterre. Par contre j’ai été champion régional et national de grass track en 250.

Q� : Avez-vous roulé en Grand Prix ?

R� : Non, cela ne m’intéressait pas. Je préférais les cross inters en Europe et surtout ceux organisés en France.

Q� : Avez-vous été professionnel ?

R� : Non j’étais pilote privé, mais je me battais avec les meilleurs pilotes officiels britanniques. C’est comme cela que j’ai obtenu ma licence de pilote Inter.

Q� : Quel métier exerciez-vous ?

R� : Je travaillais dans une usine qui fabriquait des pompes et compresseurs pour cargo et bateaux de croisière. J’étais ingénieur en mécanique. J’y allais en semaine avec ma moto et le week-end je m’en servais pour participer aux courses. J’ai toujours adoré la mécanique.

Q� : Quel fut votre plus lointain déplacement ?

R� : En Nouvelle-Zélande� ! J’ai été invité par Tim Gibbes pour une tournée hivernale. J’y suis allé avec Hauger un Allemand et Norf un Suisse. Ce fut un fabuleux voyage.

Q� : Avez-vous été en Europe de l’Est ?

R� : Oui en 1962. En fait avec Michael Curtis, nous avions une course en Autriche, mais aussi un trou dans notre calendrier. Nous n’avons pas hésité une seconde � nous décider, et nous sommes allés en Hongrie� ! Nous avons roulé � Szeged et j’ai gagné devant Curtis et Courajod. Du coup les organisateurs nous ont proposé de rouler � Budapest. Bonheur pour moi, car ce furent les mêmes résultats� !

Surtout j’y ai rencontré ma future femme� !!

Q� : Quels étaient vos circuits favoris ?

R� : J’aimais les pistes rapides et surtout pas les circuits sablonneux� ! Je me sentais � l’aise � Jonzac, Laguépie, Moissac.

Q� : Aviez-vous des amis ?

R� : Oui beaucoup et surtout des Français� : G.Bertrand, J.Cros, G.Delpeyrat, J.Hazianis, M.Beaumard, R.Julienne

Q� : Comment avez-vous été amené � effectuer des cascades dans des films ?

R� : Je fréquentais Rémy Julienne, donc ce futtout naturel� ! J’ai tourné dans «� la Grande Vadrouille� » et «� Fantomas� ».

Q� : Etait-ce une bonne époque ?

R� : Oui très bonne époque� ! Et j’ai eu la chance de la vivre. C’était la bonne époque du sport motocycliste. Les courses étaient dures, mais la camaraderie était présente. On se disait � la semaine prochaine, on se prêtait des pièces. Ce ne sont que de bons souvenirs.

Photos� : Archives A.Harris avec son aimable autorisation

Vos commentaires
Articles du même thème