Du même thème
Recherche

accès rapide
int354.jpg
2742

Piscop 1946


01/09/2014

La première course publique en France d'après guerre

Par L'archiviste
Motocross National
Si nous avons bonne mémoire, la banlieue Nord n’était pas très favorisée autrefois quant au sport motocycliste. L’affluence qui couronna de succès le motocross de l’Amicale Motocycliste de la Seine disputé dimanche 17 Février dans les bois de Piscop, doit être un encouragement pour les organisateurs.

Nombreux furent les motards qui de dérangèrent pour y assister, ainsi que maints habitants du voisinage. Indiscutablement la formule s’est révélée attrayante. Et a répondu au but proposé : mettre en valeur, au maximum, les qualités des hommes et des « mécaniques » .Il y eut pas mal de casse » et d’inévitables bûches, vu l’audace inexpérimentée de jeunes concurrents.

Le circuit, très court, comprenait depuis la ligne de départ : une côte sur route goudronnée, un chemin étroit resserré entre deux murs, l’escalade d’un sentier sinueux et abrupt, une descente rapide dans le sable, et de nouveau, la route rejoignant le point de départ. Sur cette dernière portion du parcours, il était possible d’accélérer quelque peu. Sans toutefois dépasser les 90-95, pensons-nous.

Tous les participants firent preuve de la meilleure volonté. Beaucoup de néophytes très « gonflés ». D’autres conducteurs, adroits et sûrs, rivalisèrent d’adresse et de virtuosité dans les passages difficiles. Bonne démonstration de la Police d’Etat, qui se taille la part du lion au classement général. Les professionnels ne furent pas très heureux. Seul, Stignani, dont nous avons pu admirer la classe maintes reprises, mais qu’une déveine acharnée poursuivit longtemps, enleva la catégorie 350cc.

Gaston Blat de la Police d’Etat de Seine-et-Oise, réalise le meilleur temps de la journée, avec 48,538 km/h. Rappelons que chaque concurrent devait parcourir cinq tours, soit 17,5 km. Les départs se succédaient toutes les trente secondes. Le même Blat a également battu le record du tour avec le temps de 4’13’’ 3/10. A noter que Deshaies fut victime, au début du match ASPP contre Police d’Etat, d’une rupture de câble d’embrayage qui devait le gêner considérablement. Sa deuxième place reste dont des plus élogieuses.

Enfin, Bonin s’est particulièrement distingué, triomphant en 125cc et en 175cc professionnels.

Voici les classements :

100cc Amateurs
1) Cambray les 5 tours en 33’16’’ 1/5

100cc Professionnels
1) Weistroffer les 5 tours en 36’11’’ 4/5

125cc Amateurs
1) Godère les 5 tours en 24’43’’ 1/5
2) Thibivilliers
3) Lerouge

125cc Professionnels
1) Bonin les 5 tours en 24’24’’ 4/5
2) Durant

175cc Amateurs
1) Poitte les 5 tours en 26’57’’
2) Delaporte

175cc Professionnels
1) Bonin les 5 tours en 24’59’’ 2/5
2) Morin
3) Perard
4) Hordelalay

250cc Amateurs
1) Verrechia les 5 tours en 23’53’’ 1/5
2) Claudon

250cc Professionnels
1) Houel les 5 tours en 25’14’’ 3/5
2) Lebreton
3) Pragout

350cc Amateurs

1) Claudon les 5 tours en 23’50’’ 3/5
2) Prieur

350cc Professionnels
1) Stignani les 5 tours en 23’07’’ 2/5
2) Houel
3) Mazoyer

500cc Amateurs
1) Frat les 5 tours en 25’21’’ 2/5
2) Yaque
3) Nitol

500cc Professionnels
1) Rambeau les 5 tours en 23’59’’ 4/5
2) Leclerc
3) Morin

Match ASPP contre Police d’Etat
1) Blat (PE) les 5 tours en 21’37’’ 1/5
2) Deshaies (ASPP) les 5 tours en 22’44’’ 2/5
3) Daugé (PE)
4) Petit (PE)
5) Traulet (PE)
6) Perreneff (ASPP)
7) Questier (ASPP)
8) Margerie (ASPP)

En flanant sur le circuit :
Enregistré au passage : une réflexion rosse que nous donnons pour ce qu’elle vaut “ ce n’est pas la peine de courir en 175 avec une 200 pour de faire tortiller (sic) par une 125”

Le temps s’assombrit plusieurs reprises et l’on put craindre un moment une averse intempestive. Il n’en fit rien et chacun s’en retourna content de sa journée. Dans l’ensemble, un bon début de saison motocycliste, qui laisse bien augurer de l’avenir de notre sport, surout si la vente de carburant devient libre brève échéance !

Une critique (pas méchante) l’égard de l’organisation : les indications du programme (vendu vingt francs !) ne concordaient pas toujours avec les numéros de course des concurrents, ce qui permettaient difficilement de suivre le déroulement des épreuves.

Nous n’avons remarqué aucune machine spécialement équipée pour le motocross. Deux d’entre elles (sauf ommission) avaient des “track-grip” l’arrière. Il est vrai que le terrain était aussi sec le jour de la course, qu’il était gras au cours de l’entraînement.

Sur la place, parmi les machines des spectateurs, quelques supersports “up to date” voisinent avec les pétoires préhistoriques. La rutilante Norton d’un sergent américain, déj remarqué au bois de Boulogne, avec ses garde-boue chromés enveloppants jusqu’aux moyeux. Des garde-boue identiques sur l’Indian-Chief dernier modèle ( suspension AR, s’il vous plait !) qui porte l’arrière l’inscription : vendre.

Le matériel récupéré de la défunte “armée d’occupation” a fourni a beaucoup de concurrents des modèles “compétition” (hum !) inédits. L’échappement rageur des 125cc DKW ou Ardie s’entendait bonne distance. La population calme et paisible de la petite localité s’en souviendra longtemps.

----------------------------------------------------
Source et photo : Moto Revue n°867
----------------------------------------------------

Vos commentaires
Articles du même thème