Du même thème
Recherche

accès rapide
int106.jpg
3521

Lavoux 1959


13/03/2013

Domination sans partage de Delpeyrat

Par L'archiviste
Motocross international
Le moto-cross de Lavoux disputé le 23 Août, par un temps splendide, a tenu ce qu’il promettait. Deux belles épreuves étaient au programme en 500cc : une Nationale et une Internationale.

Dès le départ de la 1ère manche,
une lutte très serrée s’engageait entre Delpeyrat, Cros, Courajod. Clynk qui avait manqué son départ se mettait en « chandelle » et se trouvait en dernière position. L’allure était très vive. Courajod se rapprochait de Delpeyrat, Cros et Darrouy se joignaient aux deux premiers.

Osterlé se maintenait très bien malgré sa cylindrée de moitié inférieure. Derrière, Clynk remontait doucement et ne pouvait que passer trois adversaires. Beaumard était le coureur le plus spectaculaire, sautant littéralement dans le vide l’attaque des descentes, ce qui déchaînait la foule. Delpeyrat qui n’avait aucune défaillance physique ou mécanique, conservait sa première place malgré les attaques.

Dans la deuxième manche
qui devait être de loin la plus animée, Clynk ne manqua pas son départ et se présenta de front avec Cros et Delpeyrat l’attaque de la grande descente. Clynk passa le premier dans le fer cheval qui suivit. On sentait la bagarre qui commençait. Tout le monde virait roue dans roue et il fallait trois tours pour voir un peu s’allonger les écarts. Darrouy et Beaumard passaient Cros qui étaient eux-mêmes passés par Godey. Courajod se défendait en tête, et les avaries commençaient. Osterlé tombé trois fois, fermait la marche avec Rapin dont la roue arrière serpentait sérieusement.

Clynk passait en seconde position et ne pouvait plus rien contre Delpeyrat qui, marchant comme une horloge, enlevait encore cette deuxième manche. La 3è encore pour Delpeyrat ?

Troisième manche :
Clynk, qui pensait que ces deux premières manches n’étaient pas dignes de lui, prit un départ en flèche, bien décidé faire valoir du « vrai » Clynk. Il s’envolait dans les trois étapes du « grand cavalier » mais l , 250 mètres du départ, une grosse pierre lui fendait le pied entre les deux premiers orteils, l’obligeant l’abandon.

Delpeyrat se trouvait encore en tête mais tout le monde était roue dans roue et on sentait le désir évident de chacun d’essayer de gagner cette dernière manche. Oesterlé attaquait, passait Cros qui repassait, attaquait Beaumard et le passait ainsi que Darrouy et Courajod encore ennuyé avec ses roues.

Cette manche, en raison des avaries mécaniques ne se jouait qu’entre Darrouy, Beaumard et Cros, Delpeyrat fléchissant nettement mi-course. Après un chassé-croisé entre les trois premiers, Auguste Darrouy remportait cette finale, victoire bien méritée. Delpeyrat arrivait péniblement quatrième avec une roue avant cassée. Osterlé, qui avait lâché une fois encore, le suivait, puis Courajod avec des rayons cassés, Godey qui déjantait sur la ligne d’arrivée, et enfin Rapin avec encore une roue hors d’usage.

Voici les classements :

Internationaux
1) Delpeyrat
2) Darrouy
3) Cros
4) Courajod
5) Osterlé
6) Clynk
7) Beaumard
8) Godey
9) Rapin

Nationaux
1) Decours
2) Lusseyran
3) Tiarcelin
4) Gendron
5) Thomas

---------------------------------------------------------------
[ Source et photo : Moto Revue n°1594 - RCD ]
---------------------------------------------------------------

Vos commentaires
Articles du même thème