Du même thème
Recherche

accès rapide
ane240.jpg
4996

Nuit mécanique entre deux compétitions


20/11/2013

Entre St-Thib et Pernes

Par L'archiviste
René Dugas

Cela s'est passé en 1965.

J'avais 33 ans et ma BSA d'origine renforcée pesait 175 kg ! Cette année, le MC Pernois avait programmé une course de Championnet de France le 2 Mai. Le problème est que la veille, j'avais signé un engagement à St Thibery dans l'Hérault pour un motocross international; une veille de championnat, c'était risqué.

Mais en professionnel et sans sponsor, il fallait considérer le côté pécuniaire. Je fis donc cette course, mais malheureusement le terrain très sec étant très cassant. Les roches et trous de bombe avaient eu raison de ma moto : fourche tordue, roues aplaties, bruits sinistres à la boîte de vitesse et à l'embiellage.

Tout ça,la veille du championnat, chez moi !

Dès là course finie, je rentrais à Pernes où avec mon copain Serge, on mit la moto en mille morceaux !

Malgré les dégâts, j'avais les pièces de rechange sauf une et pas la moindre : un embiellage ! Après renseignements pris, un collègue de course, Jean Cros de Toulouse en avait un. C'est donc mon ami Jojo qui se proposa d'aller chercher la pièce. 350 km aller et autant pour le retour ! Il les fit et 6 heures du matin, l'embiellage était à Pernes. Pendant la nuit j'avais effectué les autres réparations.

A l'aube au moment de le monter, je m'aperçu que c'était un ancien modèle plus lourd. Je n'avais pas d'autre choix que de le monter. A 10h, c'était fini de monter. Sur les nerfs, mais très fatigué, je me couchais.

h plus tard j'étais debout car je n'étais pas sûr de la fiabilité de ma roue avant. Je la démontais donc changeant la jante. L'heure tournait et la roue fut terminé vers 13h. Je me rappelle que ma Maman me disait "tu ne tiendras pas le coup", elle était très inquiète.

Arrivé sur le terrain, je ne fit qu'un tour pour le principe, puis ce fut la course. Manquant vraiment de chevaux, je termina 4ème, malgré l'avantage du terrain.

Source et photo : René Dugas "un rêve qui ne s'efface pas", avec son aimable autorisation.
Vos commentaires
Articles du même thème